Aires marines protégées - Restitution de la conférence 20NOV

Vendredi 20 novembre : Le Ministre de l'environnement a fait un état des lieux et le bilan du séminaire des aires marines protégées

source : www.environnement.gov.pf

 

 

Le Ministre de l'environnement a finalisé la restitution des travaux des ateliers AMP - Aires Marines Protégées et il a remercié tous les acteurs, scientifiques, participants, président d'association de protection de l'environnement et les organisateurs de séminaire des AMP - Aires Marines Protégées qui s'est déroulé à Moorea du 15 au 19 novembre à l'hôtel Intercontinental.

 
120 participants, venus de 19 pays du Pacifique, se sont retrouvés à Moorea, en Polynésie française pour échanger sur le thème de la protection du milieu marin.
Centrée sur le Pacifique sud, cette conférence technique a permis de réunir majoritairement des gestionnaires d’aires marines, mais aussi des représentants d’instituts de recherche scientifique, des services techniques des gouvernements et ONG.

 


Celle-ci a donné lieu à de nombreux échanges qui ont permis de partager des expériences très variées, celles des petites aires marines gérées par des communautés locales (comme aux îles Cook ou Tonga) et celles de très grandes comme celles de Hawaii et des îles Kiribati.

Les travaux se sont déroulés sous forme d’ateliers portant sur quatre thèmes principaux : gouvernance, suivi des aires marines, connaissance scientifique et haute mer avec pour objectif de renforcer la coopération régionale entre pays du Pacifique.

 

 



Parmi les conclusions de la conférence :

· Gouvernance : réintégrer la dimension culturelle dans les mesures de gestion du patrimoine naturel marin ; adapter la législation pour prendre en compte les modes de gestion traditionnels ; mieux coordonner les initiatives et les programmes existants ; adapter les mécanismes financiers aux actions et projets locaux.

· Suivi (monitoring) dans les aires marines : adapter le suivi aux objectifs de gestion et aux types d’aires marines ; garantir le suivi dans la durée ;

· Connaissance scientifique: nécessité d’acquérir plus de données (notamment sur les espèces récifales) au-delà des celles collectées sur les ressources à haute valeur ajoutée (comme le thon) ; renforcement de l’acquisition et de la mise en commun de données.

· Haute mer (espace mari n au-delà des Zones économiques exclusives) : nécessité de reconnaître l’océan comme un écosystème à part entière et mobiliser une coopération forte des gouvernements pour la protection de la haute mer ; intégrer la haute mer au réseau des aires marines du Pacifique.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×